HE-ARC

Physiotherapie

Suzanne Blanc, physiothérapeute indépendante, travaillant à mi-temps son cabinet haut en couleurs, au cœur de Lausanne et à mi-temps au domicile du patient.

 

Le choix de sa profession

Suzanne s’est montrée précoce : elle a toujours souhaité exercer une profession dans un domaine où elle pouvait concilier son désir d’aider les personnes à aller mieux grâce au mouvement et au toucher, voire  à se maintenir dans une situation stable ou à supporter au mieux une péjoration. Elle suit donc une formation de physiothérapeute à Bâle, en développant durant ses études un intérêt croissant pour la neurologie. Diplômée en 1983, elle exerce dans divers milieux, part à Londres, se forme dans diverses techniques de mobilisation ainsi qu’en hypothérapie, drainage lymphatique, Maitland, Bobath, physiothérapie respiratoire. Elle se perfectionne également  en physiothérapie Bobath bébé et enfant.

Son travail actuel

Suzanne excerce une part de son activité au domicile du patient, celui-ci ne pouvant pas se déplacer au cabinet pour des raisons médicales. Elle traite des bébés, des enfants et des personnes âgées ou des patients qui nécessitent des soins palliatifs. Par ailleurs, Suzanne partage son temps au cabinet avec une collègue. Ses consultations sont réservées à des prises en charge de bébés, d’enfants et d’adolescents souvent atteints de troubles neurologiques ou d’handicaps moteurs. Installée à côté d’un cabinet d’ergothérapeutes, Suzanne peut ainsi proposer un complément de traitement.

 

Les aspects du métier

La physiothérapie correspond à un choix d’une profession qui permet une grande diversité. Elle procure le plaisir de rencontrer des patients d’âges et de pathologies différentes et s’accompagne d’un certain don de soi. Cette profession permet aussi de travailler à temps partiel, de maintenir son niveau de connaissances et sa curiosité par une formation continue obligatoire. Suzanne, qui est mère de 4 enfants, souligne qu’il est possible d’avoir une vie de famille tout en exercant son métier. Passionnée de musique et jouant du piano, Suzanne estime que son métier lui donne aussi l’occasion  de créer des synergies avec la pratique d’un sport ou d’un art. En effet, en tant que musicien, sportif ou danseur, on peut être sensibilisé aux fragilités physiques et intégrer ces aspects-là dans la profession. En effet, la mobilisation est indispensable à l’exercice des sports et des arts.

 

Réflexions  et perspectives

Suzanne Blanc est très investie dans son travail et démontre une grande passion pour améliorer la vie des patients qui lui sont confiés. Elle déplore toutefois un manque de reconnaissance dans le système de santé malgré la lourdeur de ce travail souvent très impliquant. Depuis 1997, les physiothérapeutes indépendants en Suisse n’ont eu aucune indexation du coût de la vie et n’ont bénéficié d’aucune adaptation de la valeur de point.

À la tête de l’Association des physiothérapeutes du canton de Vaud durant 9 ans, Suzanne Blanc préside aujourd’hui la Commission paritaire nationale qui statue sur les litiges liés au remboursement des traitements par les caisses maladie. Elle a à cœur de promouvoir son métier et de défendre les intérêts des professionnels.

Webdesign Matthieu Berberat, développement FBW One / © Copyright Casare